Philippe Albouy, PhD

Philippe Albouy, PhD

Publié par: le 3 juin 2020 | Pas de commentaire

Dr. Philippe Albouy is an assistant professor at the psychology department of Laval University, a regular researcher at CERVO Brain Research Centre (Quebec city) and a FRQ-S Junior 1 Scholar. He received his PhD in Neuroscience in 2013 from Lyon 1 University (France) where he used multimodal neuroimaging approaches (MEG, fMRI, EEG, iEEG) to study the brain dynamics related to auditory perception and working memory in humans. In 2014, he joined the Montreal Neurological Institute of McGill University, first as a Fyssen, then as a Banting postdoctoral Fellow in Pr Robert Zatorre’s and Pr Sylvain Baillet’s groups. His work focuses in the identification of the causal links between the dynamics of neural activity and human cognitive functions. In his research he combines multimodal neuroimaging data and information-based neuromodulation methods (i.e., online TMS/visual stimulation configured to match specific ongoing spatiotemporal patterns of neural activity) with the aim of causally enhancing cognitive abilities in health and disease. His overarching interests are in the translational impact of such optimized neuromodulation approaches as personalized therapeutic tools and preventive solutions for pathology-associated neurocognitive deficits.

Research Overview

Executive functions, such as working memory, are essential cognitives processes for our everyday life activities. When such functions are disrupted due to age-related or pathology-related cognitive decline, life becomes increasingly difficult and isolating. For those reasons, a large amount of studies have used non-invasive brain stimulation (NIBS) to enhance those functions in healthy individuals and neurological population. However, the outcomes have been considerably variable and the neurophysiological mechanisms by which these methods work, or why they sometimes fail, remain largely unknown. We believe that such uncertainty is due to the non-specific nature of the NIBS interventions, as they are not based on a proper understanding of the targeted brain mechanisms. Our work aims at investigating how NIBS interventions can be optimized/personalized, by using stimulation parameters that match functionally relevant brain activity (information-based NIBS). We investigate brain oscillations, which consist in rhythmic fluctuations of brain activity, to show that can be elected as pertinent signal targets for NIBS interventions. Furthermore, we use  the combination of information-based NIBS and longitudinal behavioral intervention (such as cognitive training) to enhance cognitive functions.

Simone Falk, PhD

Simone Falk, PhD

Publié par: le 19 mars 2019 | Pas de commentaire

Dans ma recherche, j’examine l’interface entre le langage et la musique. Mes projets concernent les fonctions de la prosodie, en particulier sa dimension rythmique, dans la communication, l’acquisition du langage et ses pathologies. Mon approche est caractérisée par l’interdisciplinarité en appliquant les méthodes provenant de diverses disciplines (linguistique expérimentale, neurosciences (ex., EEG), sciences cognitives, sciences du mouvement).

L’objectif central de mon programme de recherche est d’examiner le rôle des prédictions rythmiques et temporelles dans le traitement du langage afin de :

  1. caractériser les troubles du langage chez l’enfant et l’adolescent et de mieux comprendre les différences individuelles pendant le développement ;
  2. révéler le rôle des prédictions (temporelles) dans la compréhension du discours, la coordination verbale et motrice entre locuteurs ;
  3. collaborer avec les professionnels de l’orthophonie pour développer de nouvelles approches et méthodes d’intervention dans la pathologie du langage basées sur l’entrainement musical, le chant et l’interaction rythmique.
Mickael Deroche, PhD

Mickael Deroche, PhD

Publié par: le 18 février 2019 | Pas de commentaire

Je suis un psychophysicien psychoacoustique et j’ étudie l’audition normale et pathologique et les déficits de communication qui en découlent tout au long de la vie. Il y a deux aspects du système auditif qui m’intéressent particulièrement : 1) son développement dans les premières années d’acquisition de la langue maternelle et 2) son effondrement sous l’effet de dégradations de l’apport sensoriel (patients implantés cochléaires). Les dégradations de l’apport auditif sont également fréquentes durant le vieillissement normal et sont associées au déclin cognitif, à la démence et à l’isolement social chez les personnes âgées. Mon objectif principal est de trouver des moyens de compenser les dommages auditifs.

 

Emily BJ Coffey, Ph.D.

Emily BJ Coffey, Ph.D.

Publié par: le 4 mai 2018 | Pas de commentaire

Coffey Lab: Audition, Sleep and Plasticity (CL: ASP) se concentre sur la neuroplasticité associée à des tâches complexes, en utilisant le sens musical et son interaction avec le langage comme modèle. Avec les collègues de BRAMS à l’Université McGill, nous avons créé une tâche en libre accès «musique dans le bruit» qui peut être utilisée pour étudier comment les individus utilisent les nombreux indices qui constituent la compétence de l’audition dans le bruit (HIN) et comment ces compétences diffèrent selon la formation musicale.

Notre laboratoire utilise divers outils de neuro-imagerie (MEG, EEG, IRMf, DWI, VBM) pour étudier les bases neurales du traitement auditif, l’audition dans le bruit et l’avantage des musiciens, ainsi que leur relation avec l’entraînement. Nous combinons également ces domaines avec de nouvelles techniques qui peuvent influer sur la consolidation de la mémoire dépendante du sommeil, comme la stimulation auditive en boucle fermée. En fin de compte, nos objectifs sont de comprendre comment les interventions par l’entraînement et le sommeil peuvent maintenir la fonction auditive et langagière et améliorer l’apprentissage et la qualité de vie.

Mickael Begon, Ph.D.

Mickael Begon, Ph.D.

Publié par: le 29 novembre 2017 | Pas de commentaire

Biomécanique, modélisation-simulation

Département de kinésiologie

Champs d’intérêt

  • Modélisation et simulation mécanique de la motricité humaine avec ou sans matériel;
  • Biomécanique de l’épaule de la prévention à la réadaptation;
  • Optimisation de mouvements sportifs.

Principaux projets de recherche en cours

  • Modélisation musculo-squelettique de l’épaule pour la conception d’orthèse et la prévention en manutention;
  • Modélisation de la cinématique des tissus mous et des os (application au membre inférieur);
  • Optimisation de mouvements gymniques à la barre fixe;
  • Mesure de la cinématique tridimensionnelle sur grand champ (marche, kayak et aviron);
  • Conception d’ergomètres optimisés (kayak et aviron)

 

Karim Jerbi, PhD

Karim Jerbi, PhD

Publié par: le 28 septembre 2015 | Pas de commentaire

Dr. Jerbi is an associate professor at Université de Montréal (2014-present) where he holds the Canada Research Chair in Systems Neuroscience and Cognitive Neuroimaging (Junior CRC). He leads a interdisciplinary research program that explores the neural substrate of brain function and dysfunction through the application of advanced signal processing and machine learning methods to multi-modal and multi-scale brain data.

He holds a PhD in Cognitive Neuroscience and Brain Imaging (awarded by the University of Paris VI, France) and a degree in Biomedical Engineering (awarded by the University of Karlsruhe, Germany). In December 2012, he completed a Research Director Habilitation (awarded by the Claude Bernard University, UCBL, Lyon I).

Research overview: The focus of Dr. Jerbi’s research is the study of the functional role of neural oscillations and brain-wide network dynamics in human cognitive processes (e.g. perception, intention, action, error and performance monitoring and resting states) and their breakdown in psychiatric disorders. To achieve this, the research conducted in his lab relies on a combination of invasive (intracranial EEG, LFPs, single and multi-unit recordings) and non-invasive (EEG and MEG) recordings. Because his research is rooted in systems neuroscience and neuroimaging, his research and collaboration cover a wide range of cognitive processes, which include among other topics, audition, language, speech and music processing.

Research keywords: neuroscience, neuroimaging, brain networks, connectivity, oscillations, artificial intelligence, brain-computer interfaces, cognition, neurological and psychiatric disorders.

Musical preferences: Chinese man, Sonic Youth, DJ Rupture, John Cage, Aphex Twin, Fela Kuti, The Cure, Gnawa Diffusion…

Denise Klein, PhD

Denise Klein, PhD

Publié par: le 25 août 2015 | Pas de commentaire

Dr. Denise Klein is a Scientist in the Cognitive Neuroscience Unit at the Montreal Neurological Institute and Hospital, Associate Professor in the Department of Neurology and Neurosurgery and Director of the Centre for Research on Brain Language and Music at McGill University, Montreal. She obtained her Ph.D. at the University of Witwatersrand in Johannesburg, South Africa. Dr. Klein’s thesis research focused on developmental reading problems in bilingual children. Dr. Klein came to the MNI in 1992 as a postdoctoral fellow to work with Dr. Brenda Milner.  Dr. Klein’s arrival at the MNI coincided with the emerging use of functional neuroimaging techniques to study the neural representation of language. Dr. Klein has played a leading role in the development of the MNI’s cognitive neuroscience research program using positron emission tomography (PET) combined with magnetic resonance imaging (MRI), and more recently, functional MRI, to measure regional changes in cerebral blood flow during the performance of various language tasks. Dr. Klein’s early work pioneered the use of brain imaging for the study of bilingualism. Her research has provided a springboard for current debates about bilingual brain organization. Her findings also have implications for educational policy and for shedding light on optimal periods for early language exposure and learning in child development.

 

About the Language experience and the brain laboratory

Denise Klein, Ph.D., Principal Investigator

Language experience and the brain laboratory at the Montreal Neurological Institute

The main focus in the lab is to explore how our early experience with language impacts the human brain, higher cognitive functions, and learning?  Our research combines behavioral methods with neuroimaging to investigate how neural recruitment is influenced by the age of acquisition/exposure, proficiency in the language, and the distinctive characteristics of languages. We seek to enhance our understanding of critical-period phenomena and neural plasticity in the human brain. The program of research addresses the extent to which the human brain has the capacity to change as a result of learning. Here, we specifically investigate the extent to which the neural patterns are fixed and the extent to which the patterns can be altered later in life. The results of these studies reveal the neural underpinnings of human brain development in relation to the age of language exposure, and they suggest periods when learning language are most optimal in early life.

A second focus in the lab is to use our work based on basic science to develop tools and questions related to presurgical and pre-treatment brain mapping in patients with various neurological disorders. In our lab we use neuroimaging tools to help map out functionally important areas for cognition in patients with focal brain lesions who are about to undergo treatment procedures at the Montreal Neurological Hospital involving cortex bordering on important functional brain areas. Our lab is currently responsible for running a pre-treatment functional brain mapping program at the MNI that integrates anatomical MRI, functional MRI and PET to facilitate preoperative diagnostic procedures in patients with brain lesions such as tumours, epileptic foci and vascular malformations that are in close proximity to areas of the brain that are critical to movement, vision, sensation, or language.

Phaedra Royle, PhD

Phaedra Royle, PhD

Publié par: le 22 octobre 2013 | Pas de commentaire

Phaedra Royle détient un doctorat en Linguistique (UdeM) et un post doc en Sciences de la communication et ses troubles (McGill). Ses intérêts de recherche touchent à la psycholinguistique, la neurolinguistique, les troubles du langage (dysphasie), l’acquisition du langage, la morphologie et la morphosyntaxe. Ses études actuelle portent principalement sur ll’acquisition et le traitement du syntagme nominal et de l’accord en genre en français, la neuroimagerie avec potentiels évoqués des processus morphologiques et de l’accord, ainsi que le pistage oculaire du traitement en lecture de mots morphologiquement complexes.

Nathalie Gosselin, PhD, Neuropsychologue

Nathalie Gosselin, PhD, Neuropsychologue

Publié par: le 7 décembre 2012 | Pas de commentaire

Nathalie Gosselin, Ph.D., est Professeure adjointe au Département de Psychologie de l’Université de Montréal et Chercheure au Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS) et au CRBLM (Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique). Elle s’intéresse principalement aux effet de la musique sur la cognition, l’humeur, la santé et le stress, tant chez les individus aux prises avec des troubles neuropsychologiques ou des problématique de santé mentale, que chez les personnes sans atteinte neurologique ni trouble psychiatrique. Ses études ayant pour but d’examiner les impacts de la musique de fond sur la cognition sont financés par les Fonds de recherche du Québec – Société culture (FQRSC Établissement de nouveaux chercheurs-professeurs). Les projets de Dre Gosselin visant à explorer l’effet de la musique sur le stress sont financés par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH Développement Savoir). Enfin, ses recherches sur l’effet de la musique sur l’agitation post traumatique auprès de patients ayant subit un traumatisme craniocérébral sont financées par le Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie (AERDPQ, AQESSS, FRQS, MSSS, REPAR, SAAQ).

 

Les travaux de Nathalie Gosselin avec des adultes cérébrolésés ont permis de mieux comprendre l’organisation du cerveau dans la reconnaissance des émotions musicales. Elle a notamment démontré le rôle clé de l’amygdale dans la perception de la peur évoquée par la musique. Elle étudie également le traitement émotionnel à travers les domaines, incluant la musique, la voix et les visages. Ses recherches postdoctorales ont d’ailleurs portées sur la perception des émotions évoquées par la musique, les visages et la voix auprès de patients ayant la démence de type Alzheimer.

 

Nathalie Gosselin est également Neuropsychologue. Elle a notamment été clinicienne à l’Hôpital Rivière-des-Prairies, un centre psychiatrique affilié à l’Université de Montréal, ou elle réalisait des évaluations neuropsychologiques auprès d’enfants et d’adultes présentant divers troubles de santé mentale (p. ex., trouble dans le spectre de l’autisme, trouble de l’humeur, trouble anxieux, trouble déficitaire de l’attention). Dans son travail, elle était amenée à contribuer au diagnostic différentiel et à formuler des recommandations pour orienter les interventions. Actuellement, elle est impliquée dans le programme D.Psy. en neuropsychologie clinique de l’Université de Montréal. Elle est notamment responsable de supervision de stages en neuropsychologie clinique. Elle offre également des services d’évaluation neuropsychologique au privé. Pour plus d’informations, consultez le site web suivant : http://www.musec.ca/

Alexandre Lehmann, PhD

Alexandre Lehmann, PhD

Publié par: le 6 septembre 2012 | Pas de commentaire

Alexandre Lehmann, M.Eng., Ph.D., est professeur adjoint à la Faculté de Médecine de l’Université McGill et professeur associé au Département de Psychologie de l’Université de Montréal. Il est également membre régulier du CRBLM (Centre for Research on Brain Language and Mind).

Ses recherches portent sur les neurosciences cognitives des processus auditifs chez l’humain. Il a effectué des travaux sur la plasticité cérébrale et l’intégration sensori-motrice, au niveaux cortical et sous-cortical. Il s’intéresse en particulier à l’attention sélective, la perception de la consonance, le couplage rythmique et l’étude de la conscience. Il applique actuellement ces approches à l’étude de la performance et de la réhabilitation chez les porteurs d’implants cochléaires.

Il cherche à comprendre comment l’interaction dynamique entre structures corticales et sous-corticales rend possible la cognition et la conscience, en ligne avec des approches oscillatoires telles que proposées par le cadre théorique de l’enaction. À terme, il souhaite combiner les récentes avancées théoriques et technologiques, telles que la neuro-phénoménologie, le “cerveau à cerveau” et l’imagerie cérébrale embarquée, afin d’étudier des situations de la vie réelle comme la danse, le chant ou les percussions en groupe.