Écoutez Dr. Anna Zumbansen @ Vues&Voix

Écoutez Dr. Anna Zumbansen @ Vues&Voix

Publié par: le 16 janvier 2015 | Pas de commentaire

BRAMS vous invite à écouter notre graduée, Dr. Anna Zumbansen, sur l’émission Vues&Voix avec l’animatrice Marianne Paquette!

 

Résumé:

Pendant quelques instants, imaginez que vous êtes dans un pays où vous ne pouvez ni parler, ni comprendre la langue.

C’est ce que vivent près de 100 000 Canadiens, touchés pas l’aphasie. Toutefois, beaucoup de personnes aphasiques sont toujours capables de chanter. Le chant peut-il favoriser la récupération du langage? J’en discute aujourd’hui avec Louise Bourbonnais, directrice générale de l’Association québécoise des personnes aphasiques, Christine Cantin, musicienne et chef de chœur de la chorale le Chœur de l’aphasie et Anna Zumbansen, orthophoniste au BRAMS (Brain, Music and Sound) de l’Université de Montréal.

 

Voici le lien: http://www.vuesetvoix.com/radio/2014/12/12/cest-bon-pour-la-sante-2/

Pour en savoir plus sur Vues&Voix: http://www.vuesetvoix.com/radio/mission/

 

Félicitations, Anna!

Atelier @ BRAMS – La danse, le mouvement, la cognition et le cerveau
Dans

Atelier @ BRAMS – La danse, le mouvement, la cognition et le cerveau

Publié par: le 5 décembre 2014 | Pas de commentaire

Tous sont invités à un atelier CRBLM / BRAMS sur la danse, la musique, la cognition et le cerveau, incluant un conférencier invité par Asaf Bachrach, PhD (Laboratoire «Structures Formelles du Langage», CNRS / Université Paris 8). L’atelier est organisé par les Drs. Krista Hyde et Isabelle Peretz et a lieu au Laboratoire BRAMS, à partir de 13h30, le vendredi 5 Décembre.

Conférence @ BRAMS – Chris Steele, PhD, présente «Connectivité du corps calleux dans le cerveau du musicien : preuve de plasticité structurale et fonctionnelle liée à la formation»
Dans

Conférence @ BRAMS – Chris Steele, PhD, présente «Connectivité du corps calleux dans le cerveau du musicien : preuve de plasticité structurale et fonctionnelle liée à la formation»

Publié par: le 28 novembre 2014 | Pas de commentaire

Vous êtes cordialement invités à la prochaine conférence CRBLM (Centre de recherche sur le Cerveau, le langage et la musique), présenté par

Chris Steele, PhD
Chercheur postdoctoral, Institut Max Planck pour la neuroscience cognitive, Leipzig Allemagne
 

Titre: Connectivité du corps calleux dans le cerveau du musicien : preuve de plasticité structurale et fonctionnelle liée à la formation

Résumé:

L’expertise musicale à long terme a été liée à une variété de changements fonctionnels et structurels dans le cerveau, ce qui en fait un modèle intéressant pour étudier la plasticité chez l’humain. La formation musicale pour la plupart des instruments de musique implique l’intéraction entre les mouvements de mains bimanuels qui sont précisément coordonnés, les systèmes sensoriels, et les fonctions cognitives supérieures qui nécessite généralement d’être peaufiner au fil des années de pratique. En utilisant les musiciens en tant que modèle, je vais vous présenter quelques-uns de nos facteurs de recherches récentes qui sont importants pour la plasticité liée à la formation. Ce travail étudie la façon dont le corps calleux des musiciens est affecté par l’âge de début de la formation musicale et le type d’instrument de musique sur lequel ils sont formés.

 

*SVP notez que cette présentation sera en anglais.

Conférence @ BRAMS – Pr. François Champoux présente «Plasticité cérébrale auditive : implications pour la pratique clinique»
Dans

Conférence @ BRAMS – Pr. François Champoux présente «Plasticité cérébrale auditive : implications pour la pratique clinique»

Publié par: le 27 novembre 2014 | Pas de commentaire

Vous êtes cordialement invités à la prochaine conférence CRBLM (Centre de recherche sur le Cerveau, le langage et la musique), présenté par

François Champoux, Ph.D.
Professeur adjoint et Chercheur-boursier des Fonds de recherche du Québec – Santé
École d’orthophonie et d’audiologie
Pavillon 7077, av. Du Parc – 3e étage – bureau 3001-44
Faculté de médecine, Université de Montréal
Téléphone: (514) 343-6111, poste 37181

 

Titre: Plasticité cérébrale auditive : implications pour la pratique clinique

 

Résumé

Des modifications cérébrales s’effectuent de manière continue dans le cerveau afin d’accommoder les individus à leur environnement. Le cerveau peut ainsi se modifier de différentes manières. Il peut créer de nouvelles connexions afin de répondre à un besoin. Une autre hypothèse suggère aussi que le cerveau possède certaines connexions latentes, prêtes à remplacer les connexions moins utilisées. Ces modifications cérébrales peuvent requérir beaucoup de temps et d’entraînement avant de s’opérer ou elles peuvent être instantanées et involontaires. Pour la plupart des audiologistes, les divers processus auditifs sont souvent considérés comme des mécanismes stables et isolés des autres sens. Afin de rétablir l’entrée auditive chez les personnes sourdes porteuses de l’implant cochléaire, un entraînement auditif plus ou moins générique est souvent mis en place. Les études les plus récentes de notre laboratoire suggèrent pourtant que c’est sur l’instabilité des mécanismes auditifs et leurs liens entre les divers domaines sensoriels que repose la clé de la réadaptation auditive fonctionnelle.

 

* SVP notez que cette présentation sera en français.

 

Shinya Fujii, PhD – «La coordination et la synchronisation en musique : modèles pour décrire la dynamique de phases relatives, précurseurs de la danse et du chant, et Batteries pour évaluer la Perception et la production de rythmes»
Dans

Shinya Fujii, PhD – «La coordination et la synchronisation en musique : modèles pour décrire la dynamique de phases relatives, précurseurs de la danse et du chant, et Batteries pour évaluer la Perception et la production de rythmes»

Publié par: le 26 septembre 2014 | Pas de commentaire

La coordination et la synchronisation en musique : modèles pour décrire la dynamique de phases relatives, précurseurs de la danse et du chant, et Batteries pour évaluer la Perception et la production de rythmes

*SVP, notez que cette présentation sera en anglais.

Shinya Fujii, PhD

Heart and Stroke Foundation, Partenariat canadien pour la récupération de l’AVC,

Institut de Recherche de Sunnybrook,

2075 Bayview Avenue,

Toronto, Ontario, Canada

M4N 3M5.

Email: sfujii@sri.utoronto.ca

BRAMS Sur Télé-Québec

BRAMS Sur Télé-Québec

Publié par: le 23 septembre 2014 | Pas de commentaire

Ce mercredi, 24 septembre, BRAMS apparaitra sur le petit écran. Éric Cohen parlera du lien entre la musique, le cinéma, la nostalgie et le cerveau, et mentionnera quelques-unes des contributions de BRAMS à ce domaine. Il nommera certains réalisateurs et films qui touchent le public notamment grâce à leurs trames sonores. Il parlera aussi du fait que Montréal est considérée comme la Mecque de la recherche autour de la musique et du cerveau.

Conference at BRAMS: Music-Induced Synchronization of Breathing and Running
Dans

Conference at BRAMS: Music-Induced Synchronization of Breathing and Running

Publié par: le 28 août 2014 | Pas de commentaire

 

Pr. Benoît G. Bardy, de EuroMov (Montpellier, France), donnera une conférence au BRAMS le jeudi 26 septembre 2013, à 16h, intitulée «Synchronisation induite par la musique de la respiration et la course».

 

Résumé :

La musique est connue pour augmenter la performance motrice. Courir en écoutant de la musique rythmique est non seulement agréable, mais propulse les gens à courir plus longtemps et plus efficacement. Pourtant, il est difficile de savoir d’où vient ce pouvoir ergogénique de la musique. Cela peut être simplement dû à la tendance de la musique de réduire l’attention aux sentiments de fatigue dans les gens. Alternativement, la musique peut favoriser un couplage efficace des rythmes biologiques qui sont les contributeurs clés à la performance, comme la locomotion et la respiration. Ici, nous montrons que courir en écoutant de la musique améliore la performance (c’est-à-dire qu’elle abaisse la variabilité motrice et respiratoire), augmente le couplage de rythmes locomoteurs et respiratoires, et réduit la consommation d’énergie. La musique est plus efficace qu’un stimulus rythmique simple (c’est-à-dire, un métronome), qui est elle-même plus efficace que le silence. L’effet bénéfique de la musique équivaut à une réduction de 3 minutes au temps pour terminer un marathon, et est associée à la baisse d’effort perçu. La propension des rythmes sonores d’entraîner les systèmes biologiques, et stabiliser leur synchronisation, est donc un facteur clé dans l’augmentation de la performance motrice. Ce résultat est robuste et s’étend bien au-delà de la science de la course, avec des conséquences pour la réhabilitation des troubles de mouvement, l’efficacité dans le travail quotidien, et le développement de nouvelles technologies de musique.

 

Pour plus d’information sur Benoît G. Pardy, PhD.: http://www.benoit-bardy.eu/

Dans

Dr. Mari Tervaniemi: Music as a means of training and rehabilitation across the lifespan

Publié par: le 7 août 2014 | Pas de commentaire

During the past two decades, our knowledge about the brain functions and structures underlying music perception, performance, and emotion has accumulated relatively fast. Several brain areas involved in these
musical functions have been identified using various techniques and paradigms. However, much less is known about the brain determinants underlying music learning and music therapy.

In this talk, Dr. Mari Tervaniemi will introduce data revealing the impact of music learning on brain functions and show results about music rehabilitation obtained from dementia patients. These recent data indicate that music-related activities, both in terms of singing and listening to familiar songs, can effectively boost the emotional and cognitive well-being of the patients as well as their caregivers.

Dans

Stefan R. Schweinberger: Speaker Perception

Publié par: le 28 juillet 2014 | Pas de commentaire

Stefan R. Schweinberger
DFG Research Unit Person Perception
Friedrich Schiller University, Jena

While humans use their voice mainly for communicating information about the world, paralinguistic cues in the voice signal convey rich dynamic information about a speaker´s arousal and emotional state, and extralinguistic cues reflect more stable speaker characteristics including identity, biological sex and social gender, socioeconomic or regional background, and age. Here I discuss how recent methodological progress in voice morphing and voice synthesis has promoted research on current theoretical issues, such as how voices are mentally represented in the human brain. Special attention is dedicated to the distinction between the recognition of familiar and unfamiliar speakers, in everyday situations or in the forensic context, and on the processes and representational changes that accompany the learning of new voices. I describe how specific impairments and individual differences in voice perception could relate to (a) specific brain correlates or to (b) other impairments in high-level auditory perception, such as auditory agnosia or amusia. Finally, I consider that voices are produced by speakers who are often visible during communication, and present evidence that shows how speaker perception involves dynamic face-voice integration. Overall, the representation of para- and extralinguistic vocal information plays a major role in person perception and social communication, could be neuronally encoded in a prototype-referenced manner, and is subject to flexible adaptive recalibration as a result of specific perceptual experience.

Dans

Stephen Wee Hun LIM: What do we remember about a tune?

Publié par: le 17 juillet 2014 | Pas de commentaire

Stephen Wee Hun LIM
Department of Psychology
National University of Singapore

When we hear a piece of music, we detect and occasionally remember motifs, themes, phrases, syncopations, and cadences. We recognize the instrument playing the melody, and even identify with the particular musician’s emotions. To this end, what exactly is the nature of mental representations underlying the musical experience? In this talk, I will discuss this question in relation to indexical – namely timbre and articulation – effects in melody recognition memory.